Lieu : Rue du Moulin vous découvrez une chapelle, ainsi que 2 calvaires.

Calvaire de gauche:

Date : 1725.

Description et historique :

Socle en grès rose le haut a été détruit lors d’une tempête en 1931, refaite une première fois  lors du déplacement de la chapelle en 1970. Puis entièrement rénovée par les Amis de la Chapelle et Mrs Jung, Rimlinger, Eschenbrenner, Rechtenstein en 2007.

Inscription:

Sey gegrüst o hochheiliges Creuz

Meines Herr Jesu Christi mich

Had lassen aufrichten bey seiner

Lebenszeiten Andonius GRAS

Muller zu Mombronn

1725


   

Cœur découvert dans le socle où reposent les pieds du Christ, lors de la réparation


Calvaire de droite

Lieu : Rue du Moulin

Date : 1938

Description et historique :

St Joseph dans la niche Remerciements pour la guérison d’un fils. Cette croix était placée au 51, rue de la Fontaine. Elle a été déplacée en 2007 par les Amis de Chapelle et M Jung lors de la rénovation de la chapelle et du déboisement

Inscription:

Errichtet zur Ehre Gottes Durch Karl RIMLINGER und Léonie BECK 1938.

   

Les amis de la chapelle en action lors du déboisement en 2007


La Chapelle:

A gauche:

Ste Barbe : Statue offerte par les pompiers en 1955

A droite:

Saint Paul : son ami Pierre n’est jamais très loin


Dans la Chapelle:

   

      

St Joseph                                                      Ste Elisabeth – St Pierre                                                St Christophe

   

Vierge de Lourdes – Ste Thérèse                 2 archanges

D’après un article de presse paru le 11/02/1943, cette statue de 58 cm de haut et pesant 26 kg aurait été déterrée en 1872 à la Heidekirsch et se trouvait sur un calvaire détruit par une tornade en 1931.


Statues repeintes par Albert Froment de Réding


Description et historique :

Pendant la révolution l’Abbé Salzmann n’ayant pas prêté serment d’obéissance à la Constitution, est obligé de se cacher. Il trouve refuge aux environs du moulin de Montbronn. Il est ravitaillé par les époux Bach-Eichert, propriétaires du moulin.

Un jour, en venant le ravitailler, ils sont tombés nez à nez avec les gendarmes de la révolution. Croyant leur dernière heure arrivée, ils font le signe de la croix. Miracle, les gendarmes ne leur font aucun mal et s’éloignent. « La Sainte Trinité a veillé sur nous, dit l’Abbé Salzmann ». C’est en 1825 que les héritiers Bach, en guise de remerciements font construire une petite chapelle dédiée à la Ste Trinité. En 1970, lors de l’élargissement de la route, elle a été déplacée par le curé Cordary et Burgun Georges avec son équipe Lett Joseph, Lett Emile, Bayer Emile, Schosger Pierre, Schneider Joseph, Kaiser Joseph, Faul Clément.